L'Eglise Saint Germain

Cette église, située à Dommerville, de style romain est citée dès 1259 dans les écrits. Maintes fois remaniée, elle fut reconstruite après la révolution, sous Louis-Philippe (1845).
De l'époque romaine subsiste le portail à trois voussures, situé sur la façade sud de l'église. Il est encadré de deux contreforts de pierre et surmonté d'un oculus. Le clocher en flèche courte est recouvert d'ardoises. La toiture de l'église est reconverte de tuiles plates à l'ancienne. L'église ne comporte qu'une nef qui prolonge le chœur en abside.
Elle abrite plusieurs oeuvres classées par les Monuments Historiques notamment trois vitraux signés du maître verrier Henri Carot datant de 1905 qui se trouvent dans le chœur. Ces vitraux sont particulièrement intéressants et peuvent retenir l'attention par l'originalité de leur thème. Ils furent offert à l'église par un bailleur et son fermier en souvenir de la bonne amitié qui liait les deux hommes et qu'aucune mésentente ne vint jamais troubler au cours de 30 ans de bail.
La sacristie s'ouvre à droite du chœur. Juste avant, s'élève l'autel dédiée à Ste Geneviève qui fait face à l'autel de la Vierge. Le maître autel date de 1808 et est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques depuis le 9 Avril 1984. Le fond de l'église est occupé par la tribune que fit installer le Marquis de Hallot, châtelain de Dommerville, qui avait droit de tribune. Un escalier en bon état y monte dont les deux premiers degrés sont en pierre et la porte en chêne.
La rampe a souffert de dommages causés par les révolutionnaires qui la firent scier à cause des fleurs de lys qui l'ornaient. La cloche de l'église fut baptisée en 1829 par le Comte François de Ferrières de Sauveboeuf alors propriétaire du château de Dommerville. L'histoire retiendra que le Comte hébergea le Maréchal Davout le 8 Juillet 1815 dans son château après le désastre de Waterloo.









Saint Germain

Germain naquit à Auxerre d'une famille des plus nobles. Après de longues études consacrées aux arts libéraux, il partit pour Rome afin de se former au droit. Il s'y acquit tant de considération que le Sénat l’envoya dans les Gaules pour remplir les fonctions de gouverneur de toute la Bourgogne. Saint Amateur, évêque de cette ville, ayant attiré Germain dans l’église, le tonsura en lui prédisant qu'il devait être son successeur. Ce qui eut lieu: car quelque temps après l’évêque mourut en saint et le peuple demanda à l’unanimité Germain pour évêque. Il distribua tous ses biens aux pauvres et pendant trente ans, mortifia tellement son corps que son jeûne était continuel, car il ne mangeait jamais que sur le soir. L'été comme l’hiver, il avait pour tout vêtement un cilice et une coule. Jamais il ne quittait son vêtement, rarement sa chaussure et sa ceinture. Tout dans sa conduite était au-dessus des forces d'un homme. Sa vie fut telle en effet qu'il eût été incroyable de la concevoir sans miracles ; mais ils furent si nombreux qu'on les croirait imaginés à plaisir, si les mérites qu'il avait acquis n'avaient précédé ces prodiges. Germain était couché malade dans un endroit, quand soudain un incendie embrasa toute la bourgade. On le priait de se laisser emporter pour échapper à la flamme, mais il voulut rester exposé à l’incendie, et le feu, qui consuma tout, ne toucha pas à l’habitation où il se trouvait. La fièvre le saisit un jour à Ravenne et le septième jour il s'endormit dans le Seigneur : son corps fut transporté dans les Gaules, selon qu'il l’avait demandé à l’impératrice. Il mourut vers l’an du Seigneur 430.

Le saviez-vous ?
Saint Germain se fête le 28 Mai.